Spéculum-partie

Pour-Mlac1

Brigitte, Michèle, Anne et Catherine étaient membres du Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC). Même après la loi Veil de 1976, elles ont continué à pratiquer des avortements à la maison de façon illégale. Parce qu’à l’époque la loi n’est pas toujours bien appliquée dans les hôpitaux, et l’avortement pas remboursé par la Sécurité sociale. Surtout, le MLAC de Paris XXème milite contre la médicalisation du corps des femmes. Celles-ci apprennent aussi à s’examiner et à poser des stérilets dans la joyeuse ambiance des années 1970. En contrepoint, les manifs des catholiques intégristes opposés à l’avortement nous rappellent que ce combat n’est jamais tout à fait gagné.

Podcast Arteradio ==> ici