Reporterre : Ces légumes qui protègent du cancer

vegetables-1736177_960_720

« Une alimentation saine et équilibrée réduit les risques de maladies. Les connaissances scientifiques permettent aujourd’hui de connaître le potentiel antioxydant de tel ou tel aliment dans la prévention des cancers. La revue L’Écologiste fait le point.

 

Voici des légumes qui inhibent à 100 % la croissance des cellules cancéreuses in vitro : chou frisé, brocoli, choux de Bruxelles, ail, oignon, poireau, betterave rouge. Voici des légumes qui les inhibent entre 99 % et 84 %, dans l’ordre décroissant : épinard, chou vert, chou rouge, haricot vert. Ceux qui inhibent à environ 70 % : rutabaga, asperge, céleri branche. À 53 % ? Le potiron. À 44 % ? La chicorée rouge. Et même la pomme de terre, à 25 %, ou la tomate, à 16 %. »

 

La suite ==> ici

Publicités

Devenir médecin

41t7ewiw5ul-_sx324_bo1204203200_

Notre médecine, bien qu’ultra-performante, échoue trop souvent à soutenir les patients et leur entourage. Devenir médecin exige non seulement d’apprendre le fonctionnement de l’organisme et les mécanismes des maladies, mais aussi de s’interroger sur l’expérience des malades et l’art de soigner.
L’analyse philosophique du chef-d’œuvre d’Akira Kurosawa, Barberousse (1965), qui conte la formation clinique d’un jeune médecin, révèle précisément que l’essence de la médecine réside dans le soin, celui-ci incluant tout autant la compréhension et l’accompagnement des malades que la lutte contre les maladies. Plus largement, c’est l’apport de la narration et de la fiction cinémato­graphiques à la formation à l’éthique du soin que démontre cet ouvrage de philosophie destiné aux soignants, et aux soignés que nous sommes ou serons tous un jour.

Jaddo: Et mes fesses, elles sont roses, mes fesses ?

dessin-depistage.jpg

C’est très compliqué, d’expliquer pourquoi dépister un cancer ne sauve pas forcément de vies, et pourquoi ne pas dépister peut parfois le faire.

D’abord parce que c’est tout à fait contre intuitif.
C’est facile, joli et surtout rassurant de se dire « On passe un examen pour chercher un cancer, pis si on en trouve un on peut le traiter avant qu’il ne soit trop tard. » C’est super séduisant, ça paraît absolument logique. Alors qu’expliquer le contraire, c’est relou, ça demande des maths et des stats et des raisonnements chiants. Et puis on n’a pas très envie d’y croire, même quand on a tout lu avec les sourcils froncés et tout compris. On a vite envie de revenir à la logique intuitive, de dire « Oui ok c’est bien beau tout ça mais c’est rien que des stats, et moi je ne suis pas une stat. »

La suite ==> ici

Bastamag: Comment des laboratoires pharmaceutiques rémunèrent des médecins pour des études scientifiquement contestées

medicamenteurs

Chaque année, les grands laboratoires pharmaceutiques dépensent des millions d’euros en « études observationnelles ». Le principe ? Rémunérer des médecins pour qu’ils transmettent à ces mêmes labos des données concernant les effets des médicaments prescrits sur leurs patients. Problème : entre des objectifs scientifiques et sanitaires louables, et des pratiques commerciales visant à assurer la prescription de leurs produits par les médecins concernés, la frontière est parfois floue. Et les intérêts économiques en jeu colossaux. La pratique est très répandue en Allemagne, mais aussi en France. La transparence, beaucoup moins. Les patients et la Sécurité sociale, qui finance les prescriptions, s’y retrouvent-ils ? Basta ! a mené l’enquête.

La suite ==> ici

 

De l’idéologie médicale aux normes sociales

maxresdefault« De l’idéologie médicale aux normes sociales, ou comment la médecine m’a rendu malade »

Une conférence gesticulée thérapeutique de Benjamin Cohadon.

« La santé nous concerne toutes et tous et pourtant est très personnelle. Elle est en même temps sociale et individuelle. Il en est de même pour la maladie, comme pour la folie, comme pour la souffrance, comme pour l’inacceptable. Définir et contrôler la santé, c’est donc définir et contrôler les femmes et les hommes ainsi que la société dans laquelle ils vivent.
J’ai étudié la médecine au sein du système de santé français pendant 5 ans. J’ai aussi travaillé en tant qu’aide-soignant et infirmier dans différentes structures médicales. L’hôpital a eu raison de moi.
Pour que tout ça ait quand même un sens, il me faut au moins témoigner. »

1ere partie : https://www.youtube.com/watch?v=s9aInd_BO8Y

2eme partie : https://www.youtube.com/watch?v=_6bQtHafQ74